Intérieur jour, cabine d’essayage d’une boutique de prêt-à-porter…

Vous enfilez un pantalon. Les cuisses, les hanches, hop, la fermeture, vous boutonnez la taille et vous admirez dans le miroir.

De face, pas mal. De profil… tiens, vous avez mis votre slip rose. La ceinture bâille autant que vous quand vous regardez la chaîne parlementaire.

Ca vous parle, à vous aussi? 🙂

Le remède magique contre les vêtements mal ajustés (et les slips effrontés): la pince.

Elle permet d’ajuster les vêtements aux volumes du corps. Il existe plusieurs types de pince.

Je vous montre ici comment je reporte et couds une pince simple, “de base”. Pour illustrer ce pas-à-pas, je travaille sur la ravissante jupe Agave de Deer and Doe. Ce pas-à-pas fonctionnera tout aussi bien pour des pinces de pantalon, de chemisier, etc.

A: Reporter la pince du patron sur le tissu

La pince simple est un triangle. J’ai donc besoin de reporter trois repères sur mon tissu, afin de pouvoir retracer ce triangle.

1: le patron est épinglé sur l’envers de mon tissu.
2: avec une aiguillée de fil terminée par un gros nœud, je pique mon aiguille sur le repère de pince, en haut du trait de crayon, à droite. Je passe tout mon fil jusqu’à ce que le nœud vienne s’appuyer au papier, je fais un nœud de l’autre côté, et je coupe mon fil. Je viens de reporter mon premier repère.
3: de la même façon, je pique mon aiguille en haut du trait de crayon de gauche et marque mon deuxième repère.
4: enfin, je marque mon troisième repère, c’est-à-dire le sommet du triangle.

Je reporte toutes les pinces en une seule fois, tant que le patron papier est épinglé à mon tissu.

Patron épinglé sur l’envers du tissu
Je reporte les points de repère au fil

B: Tracer la pince sur le tissu

1: je désépingle le papier à patron, puis le dégage délicatement des noeuds de fil. Pour ce faire, je pince en général le fil entre mon pouce et mon index et je tire le papier. Le fil se retire en laissant un petit trou.
2: si mon tissu est plié ou superposé (c’est en général le cas), je sépare doucement les deux pans de tissu pour tendre mon fil. Je viens couper le fil au milieu. Cela me permet,en dépliant entièrement ma pièce, d’avoir les pinces marquées de façon symétriques.
3: je retrouve trois points de fil sur mon tissu, placés en triangle.
4: avec un réglet et une craie tailleur (ou un feutre, ou tout outil de marquage adapté à votre tissu), je relie précisément les points entre eux pour dessiner sur le tissu le triangle de ma pince.

J’écarte délicatement les pans de tissu
Je trace la pince
Le tissu est déplié, les pinces symétriques sont tracées.

C: Former la pince sur le tissu

Je dois ici plier la pince en deux de façon précise. Je commence à épingler en partant du haut, et en m’assurant que les bords du tissu sont bien bord à bord, sans décalage vertical.

1: je pique une aiguille en haut d’un trait de ma pince, et je vais piquer le deuxième trait, en face.
2: je pique ensuite plusieurs épingles le long de mon trait de craie, en prenant soin de bien piquer les deux épaisseurs de tissu, trait sur trait.
3: je repasse soigneusement le triangle ainsi formé. Cela permettra une couture précise et une pince propre.
4: je bâtis ma pince.

Je pique mon épingle d’un côté (1)
Je pique mon épingle de l’autre côté, en veillant à bien piquer sur chaque ligne
Pince épinglée pile
Pince épinglée face – les épingles sont bien piquées dans les traits de craie, de part et d’autre de la pince.

D: Bâtir et coudre la pince

Bâtir (une pince, mais aussi deux pièces ensemble) consiste à assembler avec de grands points, sans noeud, afin de maintenir sans complètement solidariser. On peut bâtir à la main, mais aussi à la machine. Ici, nous parlons d’un bâti à la main.

A ce stade il est tentant – surtout pour les couturiers un tant soit peut chevronnés travaillant un tissu stable 🙂 de piquer directement, et de s’épargner le bâti de la pince.

On risque toutefois de coudre sur une épingler (et de casser son aiguille) ou de voir son tissu se déplacer un peu.

Il est conseillé de bâtir légèrement en retrait de la ligne de couture (ici, le trait de craie), afin de pouvoir ôter facilement le fil de bâti après piqûre.

Une fois la pince bâtie, j’enlève mes épingles, mes points de repères en fil, et je repasse de nouveau ma pince, puis je la pique.

Pince épinglée, bâtie
La pince est bâtie, désépinglée, et prête à coudre (après un bon repassage…)

E: Coudre (piquer) la pince

1: je commence la piqûre au bord de mon tissu, sur le trait de craie, par un point d’arrêt.
2: je couds ma pince tout le long du trait, au point droit, de taille standard (soit 2.5 pour moi).
3: arrivée au sommet de ma pince (la pointe du triangle), je ne fais pas de point d’arrêt: je relève mon aiguille et mon pied presseur, et je pousse délicatement mon ouvrage vers l’arrière de la machine. Ce faisant, je déroule un peu de fil d’aiguille et de cannette.
4: je coupe mes fils en laissant quelques centimètres de mou. J’appelle cela “les fils de tire”.
5: je noue mes fils ensemble, au ras du tissu. Je fais un double noeud.
6: je coupe le surplus de mes fils à ras.

Je pique la pince le long du trait de craie
Arrivé(e) à la pointe de la pince, je ne fais pas de point d’arrêt, mais soulève aiguille et pied de biche.
Je tire mon ouvrage vers l’arrière, délicatement, pour libérer les fils de tire.
Je noue mes fils de tire.
Je coupe mes fils de tire au ras du nœud, j’enlève mon fil de bâti.

E: Terminer la pince

Je repasse (encore!) ma pince, sur l’endroit pour bien la placer, puis sur l’envers pour la coucher bien à plat.

Pour savoir dans quel sens coucher (aplatir) la pince, je me réfère aux indications de mon patron. Si le patron ne donne pas de précision, je couche les pinces verticales vers le milieu, et les pinces horizontales, vers le bas. Mais je garde aussi en tête de ne pas “contrarier ma couture”: si la pince tend à se coucher vers le côté, et non vers le milieu, j’aurai tendance à la suivre.

Je ne coupe pas le surplus de tissu de ma pince simple.

Pince terminée (et repassée!) vue sur l’endroit du tissu.